domingo, 12 de outubro de 2014

Syria




The Syrian army and Hezbollah has retaken control of several areas in eastern Ghouta region as the battle against foreign-backed terrorists continues in the country.

Syrian troops and Hezbollah have been engaged in operations to clear Ghouta of terrorists. The region is located near the capital, Damascus.

The Syrian army and Hezbollah also targeted terrorist hideouts in the Khan al-Sheikh district in western Damascus countryside.

Heavy clashes are underway in the Jobar district near the Syrian capital as well.

In recent months, Syrian forces and Hezbollah have managed to retake several terrorists-held areas around the capital.

Last month, Syrian troops and Hezbollah recaptured the strategic town of Adra northeast of Damascus, securing highways as well as an industrial zone on its outskirts.

Syria has been gripped by deadly violence since 2011. Western powers and their regional allies - especially Qatar,Jordan, Saudi Arabia and Turkey - are reportedly supporting the terrorists operating in Syria.

17,7 milliards de dollars ont été volés par des institutions américaines corrompues.

Menace-sur-les-civiles-irakien



Un enquêteur américain affirme qu'une partie de l'argent destiné à la reconstruction de l'Irak, disparu à la suite de l'invasion américaine du pays en 2003, se trouverait au Liban.

La somme volée, estimée à plus d'un milliard de dollars, était stockée dans un avion-cargo, rapporte le New York Times citant l'enquêteur Stuart W. Bowen Jr.

Après la chute de Saddam Hussein, entre 12 et 14 milliards de dollars ont été retirés des comptes bancaires du gouvernement irakien aux États-Unis et transférés vers Bagdad pour permettre la reconstruction du pays, mais plusieurs milliards auraient disparu.

M. Bowen, un ami de longue date de George W. Bush, a été désigné par l'ancien président américain pour enquêter sur l'argent disparu. Selon M. Bowen, près de 1,6 milliard de dollars de cette somme se trouveraient au Liban. « Je ne sais pas comment cet argent s'est retrouvé au Liban, a-t-il dit au New York Times. Si je le savais, l'enquête aurait fait beaucoup plus de progrès ».

Selon le journal, l'enquêteur américain et son équipe ont gardé cette information secrète pendant plusieurs années pour les besoins de l'enquête. Mais M. Bowen aurait décidé de briser le silence aujourd'hui pour exprimer sa « frustration » face à l'inaction des administrations Bush et Obama.

« Des milliards de dollars ont été volés d'Irak au cours des dix dernières années, affirme-t-il au quotidien new-yorkais. Nous sommes parvenus à quelques conclusions au cours de notre enquête, mais je suis personnellement déçu par le fait que nous n'avons pas pu conclure le dossier pour des raisons qui sont hors de notre contrôle ».

M. Bowen affirme que ses enquêteurs ont partagé leur découverte avec les services de renseignement américains, dont la CIA et le FBI, mais rien n'a été fait, selon lui, car « c'est de l'argent irakien volé par des Irakiens ».

Cette somme, qui était destinée à redresser l'économie irakienne, provient des revenus pétroliers après l'invasion conduite par les États-Unis en 2003. Il était placé dans le Fonds de développement pour l'Irak (FDI) en 2004 quand l'Autorité provisoire de la coalition (CPA) dirigée par Paul Bremer gouvernait l'Irak et gérait ce fonds.

En juin 2006, des responsables américains ont reconnu que 6,6 milliards de dollars destinés à la reconstruction du pays avaient disparu. Les Irakiens avaient pour leur part estimé que 17,7 milliards de dollars ont été volés par des institutions américaines corrompues.

 En février de la même année, Robert Stein, un ancien responsable américain avait plaidé coupable de corruption et de détournement de fonds destinés à la reconstruction.